Accueil > Le Kinomichi

Le Kinomichi

Un art martial anti-art martial

Le Kinomichi est un art martial d’origine japonaise, héritier direct de l’Aïkido, et simultanément un « anti-art martial » selon les propres mots de son créateur, Maître Masamichi Noro. C’est cette contradiction apparente qui en fait tout à la fois l’originalité, la difficulté et la tension créatrice.

Maitre Masamichi Noro
  • Maitre Masamichi Noro.

Contact, énergie, spirale. Les mouvements se font toujours à deux, en changeant souvent de partenaire. Un des deux [tori] joue le rôle de « centre », l’autre [uke] vient, par exemple, le saisir au bras ou lui exercer une poussée à l’épaule. C’est à ce moment que s’établit le contact que le regard et le sourire avaient préparé. Le partenaire « centre » va prolonger l’énergie du partenaire qui arrive et le guider dans un mouvement généralement tournant qui par la spirale de son propre corps prolongée jusqu’à sa main va induire une spirale dans le corps de l’autre. Au bout de cette spirale en contact va se trouver la « solution » du mouvement se terminant par son prolongement dans l’espace. Tout cela se passe dans le plaisir d’une énergie partagée, sans agressivité ni compétition.

Maître Noro et la création du Kinomichi

Déjà pour Maître Morihei Ueshiba créateur de l’Aïkido, dont Maître Noro a été un des élèves directs et proches, l’essentiel est le contact avec l’univers. S’il se débarrasse de toute volonté de domination ou de victoire et parvient à ne faire qu’un avec l’univers, à trouver sa place de partie du « grand tout », d’une part il peut effectuer un mouvement « parfait », et d’autre part il n’oppose plus rien, ce qui désarme de fait l’adversaire.

Maître Masamichi Noro a été a été envoyé en Europe par Maître Ueshiba pour y faire connaître l’Aïkido, tâche dont il s’acquitta brillamment.

C’est plus tard, à la suite d’un grave accident et de rencontres avec Karlfried Graf Durkheim, avec l’anti-gymnastique et avec Lyda Ehrenfried, que Maître Noro va transformer radicalement sa pratique et la sortir définitivement de toute opposition de forces.

Kinomichi : Martine Pillet, déplacement
  • Kinomichi : Martine Pillet, déplacement.

Il va développer son « anti art-martial » sans jamais renier son origine et en le considérant comme un prolongement de l’Aïkido. Son Kinomichi, voie de l’énergie, procède du même « ki ». Il va mettre en avant le contact entre les partenaires, et la pratique du contact dans le mouvement. Il va agrandir les mouvements, à la recherche de l’étirement et de l’ouverture pour les deux partenaires, ce qui donne au Kinomichi une apparence assez aérienne qu’on peut d’une certaine manière rapprocher d’une danse. Les mouvements sont codifiés et réinventés, leur réalisation se fait dans la joie d’une improvisation qui se recherche avec chaque partenaire.

La pratique du Kinomichi

Kinomichi : Martine Pillet, travail du contact
  • Kinomichi : Martine Pillet, travail du contact.
  • 6 juin 2015.

Maître Noro a structuré son enseignement en « initiations » successives. Dans la première initiation se fait la recherche sur place puis en mouvement de la spirale dans les corps des partenaires. Les initiations suivantes étudient les mêmes mouvements, cette fois toujours en dynamique, et avec des formes d’approche différentes. Une forme d’approche est la façon dont le partenaire vient vers le « centre », par exemple en venant lui saisir le poignet, ou en venant contacter une épaule.

La pratique du Kinomichi utilise aussi le sabre en bois [boken] et la canne [jo]. L’objectif dans ces pratiques reste le même : recherche du contact et du mouvement en harmonie. De ce fait il n’y a pas de limite d’âge à la pratique du Kinomichi, ce qui était un des objectifs de Maître Noro, ni de « supériorité » masculine, ce qui était aussi un de ses objectifs.

Du fait de sa recherche du mouvement « sans faire », le Kinomichi a une vertu thérapeutique, même si son objectif n’est pas là. Il n’apporte bien sûr pas forcément la même chose à tous car nous sommes tous différents de par notre corps et notre histoire.

Kinomichi : Martine Pillet, ichi omote
  • Kinomichi : Martine Pillet, ichi omote.
  • 7 juin 2015.

La meilleure façon de savoir ce que peut être le kinomichi pour vous et de sentir ce qu’il peut vous apporter, est de venir essayer sur une séance.

Décès de Maître Noro et poursuite du Kinomichi

Atteint d’une grave maladie, Maître Masamichi Noro a continué l’enseignement de son art jusqu’à l’extrême limite de ses forces. Il est mort le 15 mars 2013 entouré de ses proches. Un hommage unanime lui a été rendu par la communauté du Kinomichi et de l’Aïkido. L’ensemble des instructeurs qu’il a formés, dont Martine Pillet, réunis dans la KIIA (Kinomichi International Instructors Association), a depuis pris pour devise : «Maître Noro nous a quittés, nous poursuivons son oeuvre».

Documentation

Vous pouvez trouver d’autres photos de Kinomichi sur notre site, dans les stages passés archivés, accessibles en fin de page des stages au Dojo, en particulier janvier et juin 2015.

Des démonstrations, livres et autres documents sur Maîte Masamichi Noro et sur le Kinomichi sont disponibles sur le site de la KIIA .

(cliquez sur les images miniatures pour les agrandir)

  • 20170402 jbn2016
    • 2 avril 2017.
    • Martine Pillet et Christian Bleyer - déplacement
    • Crédits : JB Nataf
  • 20170402 jbn2026
    • 2 avril 2017.
    • Martine Pillet et Christian Bleyer - Goten
    • Crédits : JB Nataf
  • 20170402 jbn2042r
    • 2 avril 2017.
    • Martine Pillet et Christian Bleyer - Yonten
    • Crédits : JB Nataf
  • 20170402 jbn2097
    • 2 avril 2017.
    • Martine Pillet et Christian Bleyer - déplacement
    • Crédits : JB Nataf
  • 20170402 jbn2174
    • 2 avril 2017.
    • Martine Pillet et Christian Bleyer - déplacement de nichi
    • Crédits : JB Nataf

Actualité récente

Toutes les actualités

Prochains stages

Stages programmés